Comité Régional Olympique et Sportif d'île de France

COURSE D’ORIENTATION : Championnats d’Europe

Source LIFCO

En lice pour les championnats d’Europe de course d’orientation en Suisse du 4 au 13 mai dernier, Quentin Rauturier, coureur francilien récompensé par le CROS Île-de-France en 2016 sur le Réussite en Plus nous livre son témoignage :

« Il y a maintenant deux semaines, il était temps pour moi de participer à mon premier championnat international en tant que senior. Mes sentiments à l’aube du départ pour le Tessin Suisse était un mélange parfait entre excitation et nervosité. Rien d’inquiétant, ces sentiments me sont familiers et j’avais hâte de remettre les pieds dans le pays où j’ai couru mon dernier championnat du monde junior. L’équipe homme était composée à part égale de vieux loups expérimentés et de jeune fougueux prêt à en découdre. La semaine fut riche en conseil venant de certains des meilleurs orienteurs au monde.

Après un long voyage, et un entraînement sur un terrain proche, il était temps de s’y jeter ! Les qualifications du sprint avaient lieu dimanche matin, et mon objectif était simple : atteindre la finale. Malheureusement j’échoue à 3 secondes de mon objectif. Après un très bon départ qui me positionnait autour de la 10e place, je m’endors sur une partie plus roulante et perds 25 secondes sur un enchaînement de 3 postes. 15 de ces 25 secondes je ne peux pas expliquer, j’étais mort ! Mais je perds 10 secondes sur un mauvais choix. Grosse déception et loin de l’entrée en matière que j’avais imaginée. L’après-midi fut calme, j’ai regardé les copains à la télé, et je me suis concentré sur mes nouvelles occasions : moyenne distance et relais !

L’objectif était à nouveau simple pour la moyenne distance : atteindre la finale. Après une course stable techniquement, je termine 8eme de ma série et j’obtiens mon ticket pour la finale. Je me suis fait peur sur le dernier poste difficile de la course avec une erreur d’une minute. J’étais donc surpris de me qualifier aussi bien. Mais bon, je vais pas me plaindre ! Il faut croire que ma transition de « sprint specialist » en junior à « Forest specialist » en senior porte ses fruits.

Et me voilà sur la ligne de départ de ma première finale internationale, avec ni plus ni moins qu’Olav Lundanes 2 minutes derrière moi. Petite anecdote, j’avais noté sur mes consignes de courses « Olav qui? », pour me rappeler de rester concentré sur mon orientation quand il me rattraperai.

Je réalise un bon début de course mais deux petites erreurs à la 6 et la 7 permettent à Olav de me rattraper assez tôt. J’arrive à m’accrocher jusqu’à la 11, mais il va trop vite pour moi. Au poste spectacle, je suis à la bataille pour un top 15, ce que je ne sais pas. Mais je suis déjà exténué et des pensées négatives trottent dans ma tête. La dernière boucle me fut fatale. Je n’étais plus lucide et je perds plus de 3 minutes sur deux erreurs. A l’arrivée je prends une 32eme place surprenante. Je ne me voyais pas à cette place avec une course de ce genre.

Cette finale me laisse un goût amère en bouche, j’aurais pu faire quelque chose d’énorme, et pourtant j’ai quand même atteints mon objectif. Le vieux sage dirait que c’est ça d’apprendre.

Pour terminer la semaine (et mes jambes) en beauté, je courais le premier relai de l’équipe 2. J’ai une bonne expérience de premier relais, à la fois en tant que junior mais aussi pour mes clubs scandinaves. Mais à ce niveau là, c’était une première ! Et quelle première ! Je perds un peu de temps sur mon premier poste. A ce moment là, je sais que ma seule chance de rester avec le groupe est de réaliser une orientation parfaite. J’étais au bord du gouffre physiquement parlant, donc pas le droit à l’erreur. Ma seule idée était de rester au contact de la tete jusqu’au long choix. Tout se passe à merveille et je parviens à combler un peu mon retard (de 35s à 15s) jusqu’à ce fameux choix. Le retour n’est qu’un brouillard de douleur dans mes souvenirs. Je ne suis pas encore aussi rapide que les meilleurs, et ils sont vraiment rapide ! Je me suis battu jusqu’au bout, et quand il ne me restait plus rien, j’ai continué à me battre en économisant mes dernières ressources pour orienter proprement. Je franchis la ligne une minute derrière Kris Jones, en queue de peloton. J’étais tellement cramé que j’ai failli louper mon relayeur, Philippe, qui a du m’appeler pour que je le vois.

En résumé, pour une première expérience en championnat senior, ce fut une réussite. Les résultats auraient pu être meilleurs, mais c’est une bonne source de motivation pour m’entraîner dur et revenir plus fort la prochaine fois ! Et la prochaine fois n’est pas si loin… l’été approche à grand pas

Une dernière chose que j’aimerais partager : chaque jour sur mes consignes de course, j’écrivais une phrase ou un mot pour me rappeler de prendre du plaisir pendant ma course. Après toutes ces heures à m’entraîner, ce serait dommage de passer à côté de l’essentiel… »

2018-06-19T10:36:12+00:00

Espace Membres

Espace Ligues