Espace Membres

Espace Ligues

Comité Régional Olympique et Sportif d'île de France

Gay Games 2018 à Paris : c’est parti !

Source Alexandre Terrini

A moins de 300 jours de l’événement, la Mairie de Paris et les organisateurs des 10es Gay Games ont signé, en grandes pompes, le 30 octobre, dans les salons de l’Hôtel de Ville, la convention qui les lie pour mener à bien ce projet dont le CROSIF est pleinement partenaire.

Les Gay Games se dérouleront donc dans la Ville Lumière, du 4 au 12 août 2018, avec, à la clef, « un programme ambitieux », selon les mots de la Coprésidente du Comité d’Organisation Paris 2018, Pascale Reinteau. Au programme, trente-six disciplines ouvertes à toutes et tous, sportifs professionnels ou non ; quatorze événements culturels déclinés autour des arts, de la mémoire, de la musique et de Paris ; trois cycles de conférences pour débattre de l’émancipation par le sport mais aussi la projection de films inédits, des bals populaires et des concerts. Bref, « il y en aura pour tous les goûts et toutes les envies », a affirmé Pascale Reinteau. Avec la volonté réitérée de faire en sorte que cette fête soit accessible au plus grand nombre : « Parce que nos Jeux sont solidaires, nous voulons rendre ce rêve possible pour des personnes des quartiers défavorisés et des gens venus de pays africains ou d’ailleurs. C’est pourquoi l’objectif est de faire venir cinq-cents personnes à l’aide du programme de solidarité. »

« Démontrer que nous sommes là avec toutes nos différences »

Avec, en toile de fond, un message omniprésent : « Nos Gay Games sont issus de la société civile, des associations, des fédérations sportives et portés par toute l’énergie de nos bénévoles. Ils donnent une image positive et puissante des individus dans toute leur diversité. Ils vont montrer et démontrer que nous sommes là avec toutes nos différences. Nous n’aurons de cesse de revendiquer nos droits et d’assumer nos modes de vie mais aussi de contribuer à faire société ensemble. »

Sachant que Paris est une ville « LGBT friendly » et que ces Gay Games sont placés sous le haut patronage du Président de la République, Emmanuel Macron, et soutenus par l’ensemble du Gouvernement, en particulier par la ministre des Sports, Laura Flessel, et par la secrétaire d’État chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes, Marlène Schiappa.

Comme l’a souligné Bruno Julliard, premier adjoint à la Maire de Paris, Anne Hidalgo, « le sport porte en lui des valeurs fédératrices de tolérance, de respect, d’égalité et de fraternité. Dans un monde où certains ne comprennent pas l’altérité ni la différence, il y a besoin que nous soyons tous ensemble debout pour défendre des valeurs de respect et de tolérance. » Et de citer Albert Camus pour redire que « la vraie gloire, c’est le droit d’aimer sans mesure ».

« Porter la flamme d’une humanité universelle » 

Coprésident du Comité d’organisation, Manuel Picaud a, quant à lui, convoqué l’Histoire pour rappeler que les Gay Games ont été fondés par le médecin américain Tom Waddel. Dans son esprit, « les Gays Games ne sont pas communautaristes, ne sont pas exclusifs, ne sont pas dédiés à la victoire et ne sont pas faits pour le profit mais, au contraire, pour rassembler une communauté mondiale, pour élever la conscience et le respect de soi afin de réaliser une forme de synergie culturelle et intellectuelle ».

C’est là tout le sens des Gay Games selon Manuel Picaud : « Si l’homophobie recule en sport, c’est l’ensemble de la société qui respectera davantage la diversité des états de santé, des orientations sexuelles, des identités de genre… Nous voulons porter la flamme d’une humanité universelle pour un monde meilleur, plus chaleureux et plus respectueux. Nous ne demandons pas des privilèges mais simplement le respect. » D’où l’intitulé de l’affiche officielle de cette dixième édition, validée par le Comité International Olympique (CIO) : « Des Jeux pour le respect ».

C’est tout naturellement que Ryadh Sallem, Vice-Président en charge de la Diversité au CROSIF a souhaité s’investir pour soutenir la 10e édition des Gay Games en étant Parrain de Paris 2018. Il était présent aux côtés d’Evelyne Ciriegi, Présidente du CROSIF accompagnée de membres du Comité Directeur du CROSIF pour démontrer leur soutien au Comité d’Organisation Paris 2018.Cette conférence de presse a également été l’occasion d’annoncer officiellement la ville hôte des Gay Games succédant à ceux de Paris, c’est à dire 4 ans plus tard, en 2022 : Hong Kong a remporté l’organisation des 11es Gay Games, face aux candidatures de la ville de Mexico et de Washington.

2017-11-10T12:53:52+00:00
6f7fb8de866cf279d3aa5e098875787a33333333