Source Ligue IDF de la FCD

Les 21 et 22 avril 2018, les Jeux de la FCD – Fédération des Clubs de la Défense se tiendront au Gymnase de la Vallée à Avon (77). A l’occasion de ce Championnat national de Savate, des démonstrations de Boxe éducative, de Boxe assaut, d’Aéroboxe, de Kickboxing/Muaythaï et Pancrace seront organisées. 

Le Kickboxing

Sport de combat développé en 1964 après les J.O de Tokyo par les Japonais. Il désigne l’ensemble des pratiques de combat utilisant les coups de pieds, les coups de genoux directs et les coups de poing ; parfois même l’utilisation des coups de pied niveau bas et des balayages. Les combats se déroulent dans un ring. Selon les catégories et le niveau, les combats se déroulent en 3 rounds de 3 minutes ou en 5 rounds de 3 minutes. Comme dans la plupart des arts martiaux, un système de ceinture définit le niveau du pratiquant jusqu’à la ceinture noire et au-delà.

Le Muaythaï

La boxe thaïlandaise, ou muay-thaï (boxe du peuple thaï), abrégée en boxe thaï, est un art martial classé en Occident parmi les boxes pieds-poings. Elle est aussi surnommé l’art des 8 armes car on utilise les poings, les pieds, les coudes et les genoux. La boxe thaï trouve son origine dans des pratiques martiales ancestrales, notamment dans le muay boran (boxe traditionnelle) et le krabi krabong (pratique avec les armes). Elle est la plus populaire des boxes du Sud-Est asiatique et doit sa popularité au fait qu’elle est une discipline nationale professionnalisée. Au XVIe siècle, le muay-thaï faisait partie de l’entraînement militaire. À cette époque, les combats se déroulaient sans catégories de poids ni de limite de temps. Considérée comme dangereuse, voire mortelle, la boxe thaïlandaise fut interdite en 1921. Puis, vers 1930, elle réapparut en adoptant les règles de compétition et les techniques de poings de la boxe anglaise (gants de boxe, ring, reprises, interdiction des coups de tête, etc.). Elle représente un marché lucratif en Thaïlande générant autour d’elle une économie non négligeable. Le muay-thaï a la réputation d’être une pratique de combat particulièrement violente et on lui reproche surtout de répandre l’idée que « tous les coups sont permis ».

Le Pancrace

L’appellation Pancrace vient du pankration, un sport de contact des jeux Olympiques anciens. Le Pancrace est une discipline dont le règlement a évolué pour qu’il puisse faire partie des futurs Jeux olympiques. Le Pancrace (Pankratos ou Pankration selon les textes), signifie « tout en force » ou « tout en puissance ». Les premières traces écrites du Pancrace remontent à 648 av JC. Ses origines se mêlent à celle de la Mythologie. Remis au goût du jour et adoptant des règles adaptées à la société actuelle, le Pancrace d’aujourd’hui permet à ses pratiquants de s’exprimer pleinement tout en préservant leur sécurité et leur intégrité physique. Le Pancrace se définit comme une discipline ultime car ses adeptes doivent connaître et être capable de mettre en place toutes les techniques de combat, qu’il s’agisse de travailler debout sur plusieurs distances (longue, moyenne, courte), de projections et diverses amenées au sol ou de travail au sol (contrôle, soumissions). L ’engouement suscité par les sports pieds-poings-sol depuis maintenant quelques années leur ont permis de se développer sous diverses formes et diverses appellations (MMA, pankido, vale tudo).

La Savate

La savate boxe – française est un sport de combat de percussion qui consiste, pour deux adversaires munis de gants et de chaussons, à se porter des coups avec les poings et les pieds. Apparue au XIXe siècle dans la tradition de l’escrime française, dont elle reprend le vocabulaire et l’esprit, elle a été, tout au long du XXe siècle, désignée par le nom de « boxe française », puis finalement et officiellement renommée « savate – boxe française » en 2002. C’est actuellement une discipline internationale qui appartient au groupe des boxes pieds-poings. La savate – boxe française a été officiellement répertoriée à l’Inventaire du patrimoine culturel immatériel en France en 2015. La savate – boxe française se pratique sur un ring carré de 4,5 m à 6 m par côté appelé « enceinte » avec des gants de boxe, des chaussures homologuées et une tenue particulière appelée intégrale (forme fuseau ou bas larges). Le bandage des mains est autorisé, les protège-tibias sont obligatoires dans la forme assaut mais peuvent être interdits dans certaines séries de combat. Le protège dents est bien sûr obligatoire, même à l’entraînement. Il existe deux types de compétitions en savate : l’assaut et le combat. Ces deux catégories se différencient par la finalité recherchée lors de la compétition.

L’ Aéroboxe

L’aéroboxe se développe depuis quelques années en France. Appelée également cardio-boxe, fitness boxing ou cardio-Kickboxing, cette nouvelle discipline consiste à réaliser des mouvements pieds-poings en associant diverses techniques de boxe, d’arts martiaux et d’aérobic, mais sans aucun contact. L’aéroboxe est une discipline qui se pratique en groupe dans certaines salles de fitness, au rythme de la musique, sous les conseils d’un professeur diplômé. Depuis 2008, cette discipline est reconnue et affiliée à la Fédération Française de Boxe. L’aéroboxe ne nécessite aucune connaissance spécifique et peut-être pratiquée par tous. Loin de la violence de la boxe française ou du Kickboxing, l’aéroboxe est au contraire une activité sportive ludique qui va permettre de se défouler sans se faire mal, puisque tous les mouvements sont réalisés dans le vide.

La Boxe

La boxe, plus connue sous le nom de boxe anglaise aussi appelée le noble art, est un sport de combat dans lequel deux adversaires, de même catégorie de poids et de même sexe, se rencontrent sur un ring, munis de gants rembourrés afin de limiter le risque de coupure, et s’échangent des coups de poings, portés au visage et au buste. Le combat est divisé en intervalles de temps, les rounds, séparés par une minute de repos annoncée par une cloche où le pugiliste pourra être conseillé et soigné si besoin. Que ce soit en boxe olympique ou professionnelle, les boxeurs tentent d’éviter les coups de poing de leur adversaire tout en essayant de le toucher. Des points sont attribués à chaque coup considéré comme net, puissant et précis. À la fin du combat, le boxeur ayant le plus de points est déclaré vainqueur. La victoire peut également être atteinte si un combattant met son adversaire hors de combat (par KO), c’est-à-dire dans l’incapacité de se relever et de reprendre le combat après le compte de dix secondes de l’arbitre. Un combattant est également déclaré vainqueur si son adversaire blessé ne peut continuer le combat (KO technique ou TKO).

La Boxe éducative

Ouverte dès l’âge de six ans, cette pratique est uniquement exercée dans deux pays dans le monde : la Suède et la France. La logique de la boxe est totalement respectée sur les points techniques et tactiques. Le seul point différenciant la boxe éducative de la boxe amateur et professionnelle est l’engagement physique. Ce dernier est totalement proscrit. L’assaut est remporté au total de points. L’activité est avant tout ludique et permet aux plus jeunes d’exercer une activité canalisante ou permettant de s’affirmer. Pour la compétition, la boxe éducative assaut permet d’assimiler des acquisitions techniques et tactiques dès le plus jeune âge.