Source : Martin Citarella, Conseiller technique aménagement au CDOS 93 et coordinateur MICAT

A l’heure actuelle, Paris est la seule ville candidate à l’organisation des Jeux olympiques et paralympiques de 2024. Cela est une perspective particulièrement réjouissante pour le sport francilien et français. Les Jeux seront l’occasion d’une grande fête et un moment de rêve pour bon nombre d’entre nous. La mobilisation dans l’instant ne sera pas la seule célébration. D’ici à 2024, la région parisienne et la France seront émaillées d’évènements sportifs, culturels ou tout simplement festifs de toute nature.

La fête n’est pas l’unique bénéfice que nous pouvons attendre de l’organisation des Jeux. On peut en effet s’attendre à un héritage structurel à la fois raisonnable et conséquent. Les compétitions et l’entraînement des athlètes auront souvent lieu dans des installations existantes. Certaines d’entre-elles nécessiteront des constructions permanentes visant à améliorer le site et les conditions de pratique, parfois significativement. L’héritage est ici évident et différents sites franciliens en bénéficieront. On peut citer, comme exemples, la Colline d’Elancourt dans les Yvelines (VTT), le Stade Yves-du-Manoir à Colombes dans les Hauts-de-Seine (Hockey-sur-Gazon), le Centre sportif de l’Ile-des-Vannes à L’Ile-Saint-Denis, en Seine-Saint-Denis (Boxe, Gymnastique, Triathlon, Goalball…). De manière générale, de nombreuses installations de dimensions plus réduites seront utilisées pour l’entrainement des athlètes. Elles seront majoritairement concentrées dans le Nord-Ouest de la Seine-Saint-Denis et le Nord des Hauts-de-Seine, à Proximité du Village Olympique, qui s’étendra sur trois communes : Saint-Ouen, Saint-Denis et L’Ile-Saint-Denis.

La carte des sites olympiques et paralympiques principaux de Paris 2024 (Source : Paris 2024)

Même si bon nombre d’infrastructures seront provisoires, les Jeux feront naître ou renaître de grandes installations sportives. Songeons, par exemple, aux deux nouvelles piscines qui verront le jour à Saint-Denis. Utilisées pour la Natation et le Water-polo pendant la compétition, elles ont vocation à accueillir le public après la compétition. Dans un territoire pauvre en bassins de natation, la création de ce type de structures permettra d’accroître, à une échelle intercommunale, quantitativement et qualitativement, les possibilités de pratique, notamment pour les clubs et les scolaires. Le cas des nouvelles piscines n’est pas le seul héritage attendu. On peut ici citer la refonte complète du Parc des sports du Bourget, avec la pérennisation d’éléments provisoires dédiés aux compétitions de Badminton. A Paris même, beaucoup de sites seront provisoires mais il faut rappeler que Bercy sera doté d’une « petite sœur » : une nouvelle arena verra le jour dans son immédiate proximité.

L’arrivée des Jeux Olympiques pourra aussi susciter ou accélérer certains grands projets publics d’aménagement, dont on peut présenter un aperçu non exhaustif. Le Village olympique s’inscrira dans la dynamique de développement de la Plaine-Saint-Denis en apportant un supplément de 3000 logements et d’équipements, disponibles après les compétitions. Le Village des Médias, situé à Dugny (Seine-Saint-Denis), lui, sera transformé, ce qui permettra de créer 1500 logements. En lien avec cet espace et la ville voisine du Bourget, d’autres opérations comme le réaménagement de l’ancienne Nationale 2 (avec une place significative faite aux circulations douces) viendront compléter le cadre[1]. Pour ce qui est des transports en commun, l’accueil des Jeux pourra se révéler une garantie de ponctualité pour la livraison d’infrastructures telles que la ligne 14 prolongée ou les lignes 16 et 17 du Grand Paris express. Il en va de même pour le plan vélo de Paris qui doit mettre 70% des spectateurs à moins d’une demi-heure de bicyclette des sites olympiques parisiens[2].

VOUS POUVEZ CONSULTER LE DOSSIER DE CANDIDATURE SUR LE SITE DE PARIS 2024

 

[1] http://www.grand-paris.jll.fr/fr/jll-etudes-grand-paris/jeux-olympiques-de-paris-2024/

[2] http://www.leparisien.fr/info-paris-ile-de-france-oise/transports/jo-2024-le-grand-defi-des-transports-franciliens-26-08-2017-7215468.php