Evelyne CIRIEGI – Présidente du Comité Régional Olympique et Sportif d’Ile-de-France (CROSIF),  Pascal FLORENTIN – Directeur de la Direction régionale de la Jeunesse, des Sports et de la Cohésion Sociale (DRJSCS) et Philippe OBLIGIS – Directeur adjoint de la Direction Interrégionale des Services Pénitentiaires de Paris (DISP P) – étaient réunis ce mardi 28 juin 2016 afin de signer la première convention-cadre qui vise à renforcer le partenariat de développement des actions sportives en milieu carcéral en Ile-de-France.

Celle-ci doit permettre de mobiliser plus largement les moyens de pérenniser et de développer l’emploi sportif au niveau régional en lien avec l’administration pénitentiaire (DISP, Etablissements pénitentiaires, …), et avec les acteurs du mouvement olympique et sportif (CROS, CDOS, ligues et comités)

Grace à ce partenariat, mis en œuvre depuis 2006, ce sont ainsi chaque année près de 2000 détenus des établissements de 5 départements franciliens (77, 91, 92, 93, 95) qui bénéficient de plus de 4300 heures d’activités sportives, encadrées par des animateurs proposés par  des clubs, comités départementaux ou ligues sportives franciliennes.

Environ soixante structures sportives associatives s’investissent, en effet, dans la mise en place de ces actions.

Les activités proposées ont pour objectif de répondre à des besoins recensés sur la santé physique et psychique, en mesurant l’évolution des participants. On dépasse ainsi le simple aspect occupationnel, tel que cela est évoqué dans la convention nationale signée en 2004 entre la Direction de l’Administration Pénitentiaire (DAP), les 15 fédérations et le CNOSF.

Au-delà de la pratique sportive encadrée, des formations sont également proposées, portant, par exemple, sur l’arbitrage – avec le district de football – ou encore sur le secourisme (formation au PSC1).

Ainsi, l’ensemble des actions contribue à accompagner les personnes placées « sous main de justice », afin de préparer leur réinsertion sociale et professionnelle, dans la perspective de la sortie de prison.

Cette convention-cadre permet également de renforcer le rôle des coordonnateurs départementaux, rouages essentiels du dispositif.

En majorité salariés des CDOS, ils ont pour mission la programmation sportive et la mise en place des actions au sein des établissements.

Ils ont ainsi un rôle d’interface entre les établissements pénitentiaires auxquels ils sont rattachés et le mouvement sportif : d’une part, les surveillants, les moniteurs de sports, et autres personnels des établissements, les juges de l’application des peines (pour les activités ayant lieu en extérieur), et d’autre part, les encadrants sportifs et dirigeants des associations sportives.

Sur deux départements, l’Union Nationale Sportive Léo Lagrange, ou Profession Sport, sont associés au dispositif.

Ce partenariat, renforcé par cette convention-cadre, doit ainsi permettre de confirmer la légitimité de l’action qui s’inscrit dans les actions citoyennes de prévention de la délinquance et de lutte contre la radicalisation, et permettre de mobiliser les moyens nécessaires à son fonctionnement.