Source Ville de Paris

Les hommes refusent d’intégrer les sportives dans leurs fédérations ? Pierre de Coubertin s’oppose à la participation des femmes aux Jeux olympiques ? Qu’à cela ne tienne : elles s’organiseront entre elles ! C’est la thématique de cette exposition affichée dans les Vème et Xème arrondissements de Paris depuis le 23 juin et jusqu’au 31 août.

Il y a un siècle, Paris accueillait les premiers « Jeux olympiques féminins ».

Le 31 octobre 1921, la Française Alice Milliat crée la Fédération sportive féminine internationale. L’année suivante, elle réussit l’exploit de faire venir les meilleures athlètes de quatre autres pays, dont les États-Unis, pour une compétition totalement inédite qu’elle nomme avec provocation « Jeux olympiques ». Le dimanche 20 août 1922, une foule de 20 000 curieux se presse dans les tribunes du stade Pershing, au coeur du bois de Vincennes, pour assister aux premières compétitions féminines internationales calquées sur le modèle olympique.

Parce que le sport doit être un plaisir pour elle comme pour lui, parce qu’il est la preuve que les femmes ne sont pas un « sexe faible », parce que la Guerre a montré le courage et la force des mères et des épouses, parce que le frémissement des mouvements égalitaires porte l’espoir d’un nouveau monde… les sportives clament leur droit de courir !

Cette exposition préparée par l’historienne Florence Carpentier est proposée par le Comité d’histoire dans le cadre du festival Formes olympiques. Elle est à retrouver en accès libre sur deux lieux parisiens : grilles du jardin Villemin (Xe) et dans le square des Arènes de Lutèce (Ve).

© Bibliothèque nationale de France, département Estampes et photographie

Exposition des premiers « Jeux Olympiques féminins » – Paris 1922

  • Lieu :
    • Jardin Villemin – 14 rue des Récollets, Paris X
    • Square des arènes de Lutèce et square Capitan – 4 rue des arènes, Paris V
  • Dates :
    • Du jeudi 23 juin au mercredi 31 août 2022
  • Prix :
    • Gratuit
Accès à l’exposition digitalisée